Accueil Sécurité sociale Sécurité sociale "Il n'y a aucun obstacle technique à la généralisation du tiers-payant"

« Il n’y a aucun obstacle technique à la généralisation du tiers-payant »

Cinq mois après avoir reculé face aux médecins les plus libéraux sur la généralisation du tiers payant, le gouvernement semble finalement reconnaître la nécessité de déployer progressivement ce dispositif. Même si le scénario envisagé aujourd’hui est encore insuffisant, c’est un premier signe encourageant pour l’accès aux soins de toutes et tous, estiment les Mutuelles de France.

« Comme le soulignent les rapports de l’IGAS, il n’y a aucun obstacle technique à la généralisation du tiers payant qui fonctionne déjà sans difficulté sur la part de l’assurance maladie obligatoire », revendiquent les Mutuelles de France. Pour la part complémentaire, tous les défis techniques ont été relevés par les mutuelles, en prenant soin d’apporter une réponse satisfaisante aux exigences des professionnels de santé. Les dispositifs retenus répondent notamment aux demandes de simplicité afin de préserver le temps médical.

Les obstacles à la généralisation du tiers-payant se trouvent, en premier lieu, du côté de certains médecins. Ceux-ci redoutent notamment une visibilité accrue des dépassements d’honoraires.

Pourtant, le tiers-payant généralisé est une réponse essentielle au renoncement aux soins, estiment les Mutuelles de France qui peut s’appuyer sur la démonstration de son efficacité dans ses établissements de santé. Quand une personne sur quatre renonce à se faire soigner pour des raisons économiques, éviter l’avance de frais médicaux est déterminant. « Quelle serait la cohérence du gouvernement de revenir sur cette mesure quand, dans le même temps, il prétend lutter contre le renoncement aux soins pour raisons financières en instaurant un reste-à-charge nul dans certains secteurs ? »

La segmentation des populations bénéficiant du tiers-payant, envisagée par le rapport IGAS, n’est certes pas satisfaisante au regard des inégalités qu’elle engendrerait. Cette hypothèse présente néanmoins un point positif: l’imposition du tiers payant, sur les parts obligatoire et complémentaire, pour un segment de la population obligera les médecins à adopter des logiciels qui garantiront, à terme, la généralisation du tiers payant à l’ensemble de la population.

 

Anne-Marie Thomazeau
Rédactrice en chef adjointe du magazine Viva, Anne-Marie Thomazeau est spécialisée dans la protection sociale et l’économie de la santé.

LES DERNIERS BILLETS

« Accorder des moyens supplémentaires à l’hôpital est un impératif » Henri Sterdyniak, membre des Economistes atterrés.

Alors qu’une grande manifestation est prévue ce 14 novembre pour réclamer un « plan d’urgence pour l’hôpital public » et mettre...

Ce nouveau monde-là, nous n’en voulons pas !

Par Jean-Paul Benoit, président de la Fédération des mutuelles de France Depuis 1974 et les mesures Giscard, pas...

Le gouvernement réduit l’accès aux soins des étrangers

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé plusieurs mesures remettant en cause les dispositifs d’accès aux soins des personnes étrangères vulnérables....

Plfss 2020 : la commission des affaires sociales du Sénat alerte sur la dette sociale

L’équilibre de la Sécurité sociale, annoncé à grand bruit l'année dernière, aura vécu moins de deux semaines, mis à mal par...