Accueil Système de soins Médicaments Pénurie de médicaments : les sénateurs tirent la sonnette d'alarme

Pénurie de médicaments : les sénateurs tirent la sonnette d’alarme

Dans un rapport d’information, les sénateurs toutes tendances politiques confondues alertent sur la situation préoccupante et demandent un pôle public pour le médicament

C’est une unanimité qui fait un peu froid dans le dos, car elle touche à la santé publique. Des sénateurs de toutes les tendances politiques publient un rapport d’information extrêmement inquiétant sur les pénuries de médicaments en France.

En 2017, il y a eu 530 signalements de rupture de médicaments, qu’il s’agisse de médicaments d’intérêts vital (dits médicaments d’intérêt thérapeutique majeur) principalement dispensés à l’hôpital, ou de médicaments d’usage quotidien vendus en officine.  Les classes thérapeutiques les plus concernées sont les anticancéreux, les anti-infectieux (antibiotiques et vaccins), les anésthésiants, les médicaments du système nerveux central (destinés notamment au traitement de l’épilepsie ou de la maladie de Parkinson) ainsi que les médicaments dérivés du sang. 

Le Brexit pourrait entraîner des difficultés d’approvisionnement supplémentaires pour 108 médicaments importés d’Angleterre.

« La situation est tès préoccupante, particulièrement à risques, explique le sénateur Jean-Pierre Decool (groupe les indépendants, République et Territoires) rapporteur de la mission d’information. Des médicaments qui sont d’un intérêt vital sont en rupture. Je ne pensais pas découvrir une situation aussi grave avec des pertes de chance pour le patient qui interrogent tout notre système de santé. Nous avons totalement perdu notre indépendance  en matière de médicaments. »

Aujourd’hui, en effet, 80 % des principes actifs sont fabriqués en Inde ou en Chine : « Or, nous ne somme pas les seuls à servir et surtout pas les premiers. Cette situation de production entièrement délocalisée est un risque », ajoute le sénateur Yves Daudigny (Groupe socialiste et républicain), président de la mission.

Les sénateurs demandent la création d’un pôle public de production et de distribution du médicament : « Il est urgent de mettre en place une véritable stratégie industrielle nationale et européenne pour recréer les conditions d’une production pharmaceutique de proximité, affirme Jean-Pierre Decool. Bien sûr, l’investissement sera considérable et le Sénat n’est pas coutumier des appels à la dépense publique, mais on ne peut rester les bras croisés. » 

Unanimement, les élus revendiquent que les industriels qui n’approvisionnent pas le marché soient systématiquement sanctionnés et que ces sanctions soient connues. 

« Il n’est plus possible de continuer à ce que les contraintes de rentabilité prennent le pas sur l’éthique », martelle Jean-Pierre Decool.

Laurence Cohen (groupe communiste) ne dit pas autre chose : « La proposition de création d’un pôle public nous est chère depuis longtemps. Mais il y a aujourd’hui urgence absolue car l’Etat n’a aujourd’hui aucun moyen de contrer la politique des laboratoires. »

Parmi les nombreuses propositions de ce rapport, celles intéressantes d’ouvrir aux pharmaciens la possibilité de proposer aux patients une substitution thérapeutique d’une spécialité en rupture, de créer une cellule nationale de gestion des ruptures d’approvisionnement placée auprès du premier ministre ou encore d’activer l’achat groupé de vaccins essentiels par les Etats membres.

 

 

 

Anne-Marie Thomazeau
Rédactrice en chef adjointe du magazine Viva, Anne-Marie Thomazeau est spécialisée dans la protection sociale et l’économie de la santé.

LES DERNIERS BILLETS

« Accorder des moyens supplémentaires à l’hôpital est un impératif » Henri Sterdyniak, membre des Economistes atterrés.

Alors qu’une grande manifestation est prévue ce 14 novembre pour réclamer un « plan d’urgence pour l’hôpital public » et mettre...

Ce nouveau monde-là, nous n’en voulons pas !

Par Jean-Paul Benoit, président de la Fédération des mutuelles de France Depuis 1974 et les mesures Giscard, pas...

Le gouvernement réduit l’accès aux soins des étrangers

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé plusieurs mesures remettant en cause les dispositifs d’accès aux soins des personnes étrangères vulnérables....

Plfss 2020 : la commission des affaires sociales du Sénat alerte sur la dette sociale

L’équilibre de la Sécurité sociale, annoncé à grand bruit l'année dernière, aura vécu moins de deux semaines, mis à mal par...