Accueil Sécurité sociale Hôpital En 2030, 5 millions de séjours à l'hôpital seront effectués chaque année...

En 2030, 5 millions de séjours à l’hôpital seront effectués chaque année par des personnes âgées

En France, près de 3,6 millions de séjours à l’hôpital sont effectués chaque année par des personnes âgées. A l’horizon 2030, ce chiffre va être amené à évoluer pour atteindre plus de 5 millions. 1 prise en charge sur 3 sera alors dédiée aux aînés. Dans un contexte de coupes budgétaires importantes et de réduction des effectifs déjà engagées, comment l’hôpital va-t-il faire face au vieillissement de la population ? C’est la question à laquelle tente de répondre le 4e observatoire de Cap Retraite.

Aujourd’hui en France, les personnes âgées ont très fortement recours à l’hôpital. Les départements où ce phénomène se ressent le plus sont le Haut-Rhin (74,9 %), l’Aisne (74,1 %) et le Bas-Rhin (73,8 %).

Et si une hospitalisation sur cins est dédiée à ce public fragilisé en 2016, d’ici à quinze ans, il s’agira d’une hospitalisation sur trois. A terme, la population âgée pourrait donc devenir le cœur de métier de l’hôpital.
Les hôpitaux des départements ruraux et vieillissants que sont la Creuse (44,1 % des séjours en 2030), le Lot (39,7 %) et le Cantal (39,7 %), seront particulièrement exposés face à cette évolution démographique. 

Les services d’urgence seront, comme aujourd’hui, en première ligne pour accueillir ce public âgé. 

Le nombre de consultations d’urgence dédiées devrait augmenter de 42 % d’ici à 2030. C’est en Lozère (+55,3 %), en Ariège (+54,2 %) et dans les Alpes-de-Haute-Provence (+53,8 %) que ces services devront fournir les efforts les plus importants pour rétablir l’équilibre permettant aux aînés de bénéficier d’un parcours de soins adapté. 

Après les soins aigus, plus de 390 000 personnes âgées poursuivent leur séjour en convalescence, dans une unité de soins de suite et de réadaptation ou dans une unité de soins de longue durée chaque année.

En 2030, l’hôpital devra trouver une solution pour 10 % de ces personnes ne pouvant plus regagner leur domicile de manière autonome, soit 558 499 personnes âgées devenues dépendantes. Et il faudra créer pas moins de 60 970 lits en convalescence pour conserver la qualité de soins actuelle.

Ce sont les Bouches-du-Rhône (2 161 lits), le Nord (1 779 lits) et le Rhône (1 756 lits), qui devront créer le plus de lits et de solutions post-hospitalisation pour leurs habitants âgés en situation de perte d’autonomie. 

Moyens humains et financiers nécessaires à l’horizon 2030

D’ici à quinze ans, pour garantir une qualité de soins identique à celle d’aujourd’hui, il faudra augmenter le nombre d’agents de la fonction publique hospitalière de 10 7911 (+ 43 %) pour atteindre l’équivalent de 362 812 postes dédiés.

Les départements qui devraient recruter le plus de personnels seront Paris (3 988 agents de la fonction publique), le Nord (3 231 agents), le Rhône (2 879 agents), mais les efforts les plus importants devront venir de territoires moins dynamiques tels que les Alpes-de-Haute-Provence (+ 56,3 %) ou l’Aude (+56,1 %).

Un fort besoin en financement s’en suivra : si 9,9 milliards d’euros ont été consacrés aux personnels apportant des soins aux aînés en 2016, d’ici à 2030, cette somme pourrait augmenter de +36 % pour atteindre 13,4 milliards d’euros (466 euros annuels par citoyen actif).

Le rôle de l’Etat reste donc primordial, car si le financement de l’hôpital était décentralisé, les habitants des départements à faible dynamisme économique seraient confrontés aux coûts les plus élevés ; Creuse (1 110 €/actif), Haute-Vienne (1 008 €) et Allier (910 €) en première ligne. 

 

 

Anne-Marie Thomazeau
Rédactrice en chef adjointe du magazine Viva, Anne-Marie Thomazeau est spécialisée dans la protection sociale et l’économie de la santé.

LES DERNIERS BILLETS

« Accorder des moyens supplémentaires à l’hôpital est un impératif » Henri Sterdyniak, membre des Economistes atterrés.

Alors qu’une grande manifestation est prévue ce 14 novembre pour réclamer un « plan d’urgence pour l’hôpital public » et mettre...

Ce nouveau monde-là, nous n’en voulons pas !

Par Jean-Paul Benoit, président de la Fédération des mutuelles de France Depuis 1974 et les mesures Giscard, pas...

Le gouvernement réduit l’accès aux soins des étrangers

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé plusieurs mesures remettant en cause les dispositifs d’accès aux soins des personnes étrangères vulnérables....

Plfss 2020 : la commission des affaires sociales du Sénat alerte sur la dette sociale

L’équilibre de la Sécurité sociale, annoncé à grand bruit l'année dernière, aura vécu moins de deux semaines, mis à mal par...