AccueilLes grands débatsLe militantisme mutualiste toujours au cœur du mouvement social

Le militantisme mutualiste toujours au cœur du mouvement social

En organisant un colloque sur Louis Calisti (1922-2005), figure historique de la mutualité et fondateur de « La Vie Mutualiste », qui deviendra le magazine Viva, la Fédération des Mutuelles de France souhaitait interroger l’actualité du mouvement. Face aux bouleversements actuels de la protection sociale, quel rôle peuvent jouer les mutualistes ? Militants et spécialistes ont livré leur analyse.

« La mutualité m’est apparue comme l’un des facteurs décisifs pour plus de solidarité, plus de justice, de démocratie et de liberté ». Ces propos sont ceux de Louis Calisti (1922-2005), grande figure de la mutualité à laquelle la Fédération des Mutuelles de France rendait hommage à l’occasion d’un colloque le 7 novembre 2022 à Charenton-le Pont. En introduction, Danielle Calisti, sa fille, a retracé le parcours militant de celui qui ancrera « la mutualité dans le champ social. Son souhait était l’émancipation des hommes et leur bonheur », a-t-elle précisé à propos de son père.

« Hisser la mutualité comme acteur du mouvement social »

Parmi les nombreuses interventions et témoignages sur Louis Calisti, le président du groupement mutualiste Oxance, Nicolas Souveton, a rappelé son combat pour apporter « une véritable dignité au militantisme mutualiste. Toute aussi grande que celle des militantismes politiques et syndicalistes. A ce titre-là, le mutualisme devait, selon lui, être indépendant des structures syndicales et politiques. Sans aucune défiance entre eux. Chacun agissant dans son domaine, en œuvrant toutefois à des projets communs. » Présidente de Solimut, Carole Hazé a également insisté sur le rôle de celui qui a su « hisser la mutualité comme acteur du mouvement social, dans ses relations et dans sa capacité à être en lien avec le politique, les organisations syndicales et les associations ».

Unifier la mutualité

En fil rouge du colloque, les participants ont rappelé la volonté d’unification qui animait Louis Calisti pour la mutualité. L’indépendance du mouvement devait, selon lui, passer par la réunion de ses deux principales fédérations : la Fédération nationale de la Mutualité Française (FNMF) et de la Fédération des Mutuelles de France (FMF). Pour Jean-Paul Panzani, ancien président des Mutuelles de France, « Louis Calisti est celui qui a le mieux conceptualiser et théoriser les fractures qui existaient entre les pouvoirs en place et la mutualité. Il a permis au mutualisme d’acquérir son indépendance au sein du mouvement social. Pour ce faire, il a su notamment définir une stratégie de rassemblement entre la FMF et la FNMF et a ensuite porté tous les efforts de cette unification. »

Louis Calisti (1922-2005) "Militant pour le droit à la santé", Colloque des Mutuelles de France lundi 7 novembre 2022. © FMF
Louis Calisti (1922-2005) « Militant pour le droit à la santé », Colloque des Mutuelles de France lundi 7 novembre 2022. © FMF

« Raison d’être »

En 2002, trois ans avant son décès, Louis Calisti a ainsi assisté de son vivant à la réunion des deux fédérations. Après plus de 15 ans de séparation. En 1985, la direction de la FNMF avait en effet décidé d’exclure de ses rangs les Mutuelles des travailleurs (qui prendront par la suite le nom de Mutuelles de France). « Aujourd’hui encore, nous œuvrons pour que la définition du mutualisme reste celle d’un mouvement social, a expliqué Jean-Paul Benoit, président de la FMF. Nous avons d’ailleurs insisté auprès de la FNMF pour ajouter cette dimension au cœur de la « raison d’être » de la mutualité. »

Questionner l’actualité

En mettant à l’honneur cet acteur historique du mutualisme, les Mutuelles de France avaient également comme objectif de questionner l’actualité du mouvement. Le colloque a ainsi été l’occasion de rappeler l’ampleur des bouleversements survenus ces 20 dernières années : les directives européennes et la mise en concurrence avec les assurances, le regroupement des mutuelles, passées de 7 000 à 700, le définancement de la Sécurité sociale et les transferts de charges aux mutuelles, la taxation des cotisations mutualistes… « La crise de notre système de santé est aujourd’hui globale et ressentie de manière violente par la population qui n’a plus la possibilité d’accéder aux soins sur l’ensemble du territoire », a complété Nicolas Souveton.

Louis Calisti

« La mutualité m’est apparue comme l’un des facteurs décisifs pour plus de solidarité, plus de justice, de démocratie et de liberté »

Louis Calisti

A l’offensive

Danielle Calisti a alors confié que son père avait prévu ces transformations. « Il avait vu venir dans les grandes lignes la situation difficile que nous connaissons aujourd’hui dans le secteur de la santé et de la protection sociale. « mais il y aura toujours des militants », disait-il ». « Nous sommes des combattants, et nous n’allons évidemment pas baisser les bras ! », a insisté Pascale Vatel, secrétaire générale des Mutuelles de France. « Il faut que nous restions à l’offensive, en ramenant les sujets de protection sociale et de santé dans le débat public, auprès de la population, des institutionnels et des élus, pour faire valoir notre modèle ».

Informer le public sur les valeurs mutualistes

Malgré les perturbations profondes rencontrées par les mutuelles, celles-ci restent « toujours solidaires », pour l’historienne Patricia Toucas-Truyen. « Les valeurs mutualistes demeurent invariables. Mais la population ne le sait pas. Il y a selon moi un véritable combat à mener pour informer le public sur la nature du mutualisme. »

Louis Calisti en cinq dates clés

  • 1943 : Louis Calisti est âgé d’à peine 20 ans lorsqu’il rejoint le Parti communiste, alors clandestin, pendant la Seconde Guerre mondiale. En août 1944, il participe à la libération de Marseille.    
  • 1950’s : Syndiqué à la CGT, il découvre le mutualisme. Il crée à cette époque le journal « La Vie Mutualiste », qui deviendra le magazine Viva.
  • 1960 : Il participe à la fondation de la Fédération nationale des mutuelles ouvrières (FNMO), qui prendra par la suite le nom de Fédération des Mutuelles de France (FMF), et dont il sera le président jusque dans les années 1990.
  • 1978 : Il dirige la bataille contre le « ticket modérateur d’ordre public » mis en place par le gouvernement de Raymond Barre sur les frais restant à la charge des patients. Avec lui, les mouvements mutualistes et syndicalistes réussiront à faire envoyer plus de 7 millions de cartes de pétition à l’Elysée contre cette mesure, qui sera ainsi ajournée.
  • 2002 : De son vivant, Louis Calisti assistera à la réunion de la Fédération nationale de la Mutualité Française (FNMF) et de la Fédération des Mutuelles de France (FMF). Tout au long de son combat militant, il aura œuvré pour l’unification du mouvement mutualiste, à travers ses deux principales fédérations.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

LES DERNIERS BILLETS