Accueil Paroles d'experts « Les candidats à l’élection présidentielle doivent s’engager à lutter contre la...

« Les candidats à l’élection présidentielle doivent s’engager à lutter contre la pauvreté », pour la Fédération des acteurs de la solidarité

La Fédération des acteurs de la solidarité souhaite mettre la lutte contre la précarité haut dans le débat public. A quelques mois de l’élection présidentielle, la FAS rappelle qu’il y a aujourd’hui 11 millions de personnes précaires. Plus de 16 % de la population est concernée et la pauvreté s’est aujourd’hui enracinée en France.

L’enracinement de la pauvreté en France

La France compte plus de 11 millions de personnes pauvres selon la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS). Plus de 16 % de la population se trouve ainsi en situation de précarité. Acteur majeur du secteur social, la FAS rappelait ce chiffre alarmant lors d’une viosoconférence de presse courant décembre. Le président de la Fédération annonçait à cette occasion le congrès annuel de la FAS les 6 et 7 janvier 2022 (avec l’intervention du président de la République). Pascal Brice a également exhorté les candidats à la présidentielle à mettre la lutte contre l’exclusion haut dans le débat public. « Il est nécessaire de s’engager à éradiquer le sans abrisme et la grande pauvreté. Et de lutter contre toutes les discriminations en garantissant les droits fondamentaux des personnes vivant sur le territoire français. »

La FAS recueille en effet constamment de nouveaux témoignages alarmants provenant de ses adhérents. Emmaüs, l’Armée du Salut ou la Fondation Abbé Pierre, près de 900 associations font aujourd’hui partie de son réseau. « Nous constatons un enracinement de la pauvreté. Centres d’appel 115, maraudes de rue, Samu sociaux, centres d’hébergement d’urgence… Tous nos partenaires l’affirment. Aujourd’hui, les droits humains les plus fondamentaux ne leur sont pas garantis », alerte la Fédération dans un communiqué de presse. 

Photo prise lors de l’Assemblée générale du 21 juin 2019 avec les salarié.e.s du siège, les Fédérations régionales, les adhérents, les partenaires, des personnes les accompagnées par le réseau… © Julien Jaulin
Photo de l’équipe de la Fédération des acteurs de la solidarité prise lors de l’Assemblée générale en 2019 avec les salariés, les Fédérations régionales, les adhérents et les partenaires… © Julien Jaulin

Augmentation de la précarité 

Aux difficultés à se nourrir, à se soigner, à accéder à l’emploi et à l’éducation s’ajoutent les problèmes de logement. « Plusieurs milliers de personnes vivent encore dans la rue, en bidonville ou squats, dans des conditions menaçant leur survie », insiste la FAS. Le réseau de lutte contre l’exclusion précise que ces réalités touchent plus particulièrement les jeunes, les femmes et les chômeurs de longue durée. « Certains territoires sont frappés très durement, dans les quartiers des villes mais aussi les territoires ultra-marins confrontés à des situations dramatiques, ou encore de nombreux territoires ruraux ». 

Pascal Brice a poursuivi en saluant les mesures gouvernementales prises au plus fort de la crise sanitaire. « Le chômage partiel, le soutien à l’économie, le déploiement de places d’hébergement d’urgence et les aides d’urgences ont permis d’éviter une explosion de la pauvreté. » Le président de la Fédération a toutefois rappelé que la précarité continuait d’augmenter en France depuis le début de la pandémie. 

« la précarité s’enracine et continue d’augmenter en France depuis le début de la pandémie »

Pascal Brice, président de la Fédération des acteurs de la solidarité

Accompagner les personnes précaires à sortir durablement de la pauvreté

Pour lutter contre l’exclusion, une puissante mobilisation collective s’impose, selon Pascal Brice. Certes, la croissance est aujourd’hui de retour. De nombreux postes s’avèrent actuellement non pourvus dans les entreprises et la perspective d’un plein emploi se dessine. Mais ce contexte économique favorable ne résoudra pas instantanément la question de la pauvreté. « Un travail d’accompagnement est nécessaire. Il faut aider les personnes précaires à se resocialiser avant d’envisager un retour à la vie active. Il est en effet indispensable de faire preuve de volontarisme. »

LES DERNIERS BILLETS