Accueil Sécurité sociale Système de soins La Cmu va être rebaptisée "Complémentaire santé solidaire"

La Cmu va être rebaptisée « Complémentaire santé solidaire »

Alors que viennent d’être adoptés la loi Santé et les accords conventionnels sur les Cpts et les assistants médicaux, le directeur général de l’Assurance maladie, Nicolas Revel, a défendu les réformes engagées par le gouvernement lors des « Contrepoints de la santé », ce 27 juin. Concernant l’entrée en vigueur de la CMU-C contributive le 1er novembre prochain, il annonce un changement de nom : Cmu-C et Cmu-C contributive se rejoindront sous l’appellation « Complémentaire santé solidaire ». Le sondage Bva-Contrepoints de la santé a révélé que 75% des Français sont satisfaits de leur mutuelle. 

Invité des « Contrepoints de la santé » ce 27 juin, le directeur général de l’assurance maladie, Nicolas Revel, s’est employé à démontrer que les réformes engagées sont à la hauteur des crises que traverse actuellement le système de santé : déserts médicaux, crise des urgences, et crise des Gilets Jaunes qui a révélé une forte attente des Français en matière de santé. « Oui, le rôle de l’assurance maladie, c’est le remboursement des soins. Mais, plus fondamentalement, notre mission est l’accès aux soins de tous » a-t-il ainsi affirmé, en commentant les résultats du sondage BVA-Contrepoints de la santé réalisé pour l’occasion : 88% des Français se disent satisfaits de leur médecin traitant, 79% de leur CPAM, 75% de leur mutuelle, mais seulement 31% pensent que l’action du gouvernement va dans le bon sens.

Nicolas Revel s’est d’abord félicité des deux accords conventionnels signés le 20 juin entre l’assurance maladie et les professionnels libéraux concernant le développement des Communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) et la création de 4000 assistants médicaux. Deux mesures de la loi Santé adoptée au Parlement le 20 juin qui se veulent une réponse à la pénurie de médecins : les CPTS en organisant les professionnels de santé en réseaux sur un territoire ; les assistants médicaux en permettant de libérer du temps médical. « Pour les Français, la réponse la plus directe pour avoir accès à un médecin généraliste va être la création des assistants médicaux. J’ai vu des expérimentations, il y a une hausse des patients suivis et une charge mentale réduite pour le praticien » a confié Nicolas Revel. Quant aux CPTS, « c’est peut-être moins parlant pour les assurés mais c’est ça qui doit permettre à un patient de trouver une réponse immédiate en ville et de désengorger les urgences. »

Le directeur général de l’assurance maladie est revenu également sur la réforme de la CMU-C contributive sur laquelle un compromis a finalement été trouvé le 13 juin avec la Mutualité Française : au lieu des 20€ par an et par contrat initialement proposé comme indemnisation des frais de gestion, l’assurance maladie remboursera aux mutuelles 32€ par an et par assuré en 2020, 30€ en 2021, 28€ en 2022. Si la Mutualité Française reste vigilante et estime à 40€ la somme véritablement nécessaire, Nicolas Revel a vanté cette réforme qui va permettre aux anciens bénéficiaires de l’Aide au paiement d’une  complémentaire santé (Acs) de bénéficier du panier de soins CMU-C bien plus généreux que celui de l’Acs, pour une cotisation maximum de 1€ par jour. A ce propos, il a annoncé que la CMU-C et la CMU-C contributive allaient changer de nom et exister, à compter du 1er novembre prochain, sous l’appellation unique de « Complémentaire santé solidaire ».

Au sujet de la non compensation par l’Etat de certaines exonérations impliquant un probable solde déficitaire de la Sécurité sociale en 2019 alors que s’annonçait un retour aux excédents, Nicolas Revel s’est voulu philosophe : « La pratique était jusqu’à présent la compensation des exonérations à la Sécurité sociale. L’orientation que semble prendre le gouvernement est de ne pas compenser. Je fais avec ce qu’on me donne. »

Puis, pour finir, il a estimé que « c’est une transformation du système de santé qui est à l’œuvre, dont on verra les effets dans cinq ans », tout en ajoutant que son mandat à la tête de l’assurance maladie s’achève en novembre prochain.

LES DERNIERS BILLETS

« Accorder des moyens supplémentaires à l’hôpital est un impératif » Henri Sterdyniak, membre des Economistes atterrés.

Alors qu’une grande manifestation est prévue ce 14 novembre pour réclamer un « plan d’urgence pour l’hôpital public » et mettre...

Ce nouveau monde-là, nous n’en voulons pas !

Par Jean-Paul Benoit, président de la Fédération des mutuelles de France Depuis 1974 et les mesures Giscard, pas...

Le gouvernement réduit l’accès aux soins des étrangers

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé plusieurs mesures remettant en cause les dispositifs d’accès aux soins des personnes étrangères vulnérables....

Plfss 2020 : la commission des affaires sociales du Sénat alerte sur la dette sociale

L’équilibre de la Sécurité sociale, annoncé à grand bruit l'année dernière, aura vécu moins de deux semaines, mis à mal par...