Accueil Sécurité sociale Mutualité Les Mutuelles de France déplorent le vote d'un PLFSS de pénurie.

Les Mutuelles de France déplorent le vote d’un PLFSS de pénurie.

Par 339 voix contre 188, l’Assemblée nationale a adopté, hier soir, le projet de loi de financement de la sécurité sociale. La Fédération des Mutuelles de France regrette que cette première partie de l’examen parlementaire n’ait pas permis d’améliorer le projet du gouvernement. Selon ses représentants, il ne permet pas de financer les besoins de la population en matière de santé et impose la pénurie après des années d’austérité.

Si les Mutuelles de France ont salué la prise de position encourageante de la commission des Affaires sociales qui a souhaité clairement le rétablissement de l’obligation, pour l’État, de compenser les exonérations et allègements de cotisations sociales qu’il décide, elles déplorent que la représentation nationale se soit rangée à la volonté du gouvernement : «Ce dernier pourra donc continuer à piocher dans le budget de la Sécurité sociale à volonté. C’est un choix lourd de conséquence pour l’avenir de l’accès à la santé et à la protection sociale de nos concitoyens» estime la Fédération.

Le projet de loi, qui doit maintenant être soumis au Sénat, reste loin du compte, estiment les Mutuelles de France alors que notre pays fait face à une crise sans précédent de son système de santé : crise de la médecine de premier recours, 1 commune sur 3, où vit 1 habitant sur 8, est dans un désert médical, crise des urgences en grève depuis 200 jours, crise de l’hôpital public où un mouvement interprofessionnel associant les patients est en train de grossir, crise des EHPAD, crise de l’Aide à domicile… «Pire, focalisé sur son obsession de diminuer les dépenses publiques, celles qui financent le bien commun, le gouvernement va assécher un peu plus les ressources, tournant le dos aux besoins de la population».

PLFSS 2020 – Les chiffres
• Objectif national des dépenses de l’assurance maladie 2020 : 205,3 Md€ • Croissance annuelle : +2,3%
• Augmentation naturelle des dépenses : +4,4%
• Nouveau train d’économies imposé : – 4,2 Md€

Anne-Marie Thomazeau
Rédactrice en chef adjointe du magazine Viva, Anne-Marie Thomazeau est spécialisée dans la protection sociale et l’économie de la santé.

LES DERNIERS BILLETS

« Certaines entreprises de l’Économie sociale et solidaire sont devenues des monstres »

Les Entreprises de l’ESS seraient-elles en train de perdre leurs valeurs, leur âme ?  C’est la question...

Rachel Silvera : « Les femmes seront perdantes »

Economiste spécialiste de la condition des femmes sur le marché du travail, Rachel Silvera est catégorique : la réforme des retraites va...

Pierre Dharréville : « Cette réforme va à l’encontre de la philosophie de la Sécurité sociale » 

Député (PC) des Bouches-du-Rhône, Pierre Dharréville est inscrit au groupe de la Gauche démocrate et républicaine. il est membre de la...

Pierre-Yves Chanu : « Vers l’effondrement du taux de remplacement »

Depuis le 30 janvier, les partenaires sociaux participent à la Conférence du financement qui doit, d’ici à la fin avril, trouver...